«C'est un métier qui attire»

— 

Frédéric Guerra est influent à Lyon.
Frédéric Guerra est influent à Lyon. — K. Villalonga / Sipa

Frédéric Guerra est un célèbre agent de joueurs de football. Après Sidney Govou, il conseille notamment Clément Grenier et Maxime Gonalons. Il nous livre son avis sur l'Ecole des agents de joueurs français, bientôt basée à Lyon (notre édition de mardi).

Que vous inspire l'idée de cette école ?

Il suffit de voir le nombre de joueurs et le nombre d'agents sur le marché… C'est un métier qui attire, mais on va bientôt se retrouver avec un agent pour deux joueurs, puis un agent par joueur et, enfin, un agent pour 0, 5 joueur !

Ne faut-il pas préparer les candidats à cette profession exigeante ?

Les dirigeants de cette école ont peut-être des intentions louables, mais à qui cela va-t-il surtout rapporter ? Cette école est créée par des agents qui ont payé cher pour avoir leur licence. Il leur suffit que 20 mecs paient les 3 300 € de formation pour la rentabiliser. On fait une sélection par l'argent. Cela a déjà été le cas lorsque la Fifa a réclamé une caution de 800 000 francs suisses pour exercer après avoir obtenu la licence. Multiplier les agents ne sert à rien.

Des jeunes vous contactent-ils pour apprendre votre métier ?

Oui. Je leur réponds de prendre du ventre… J'ai 56 ans, ils doivent prendre de la bouteille. Des agents ne doivent pas être plus jeunes que les joueurs. On n'arrive pas devant Aulas pour lui demander un autographe !

Propos recueillis par C.P.