Hommage au gendarme mort à Neuville

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Fabien Batista décoré à titre posthume. Le gendarme de 31 ans, marié et père de deux enfants, décédé lundi, avec deux autres personnes, dans la violente explosion de Neuville-sur-Saône a été élevé hier au rang de major, lors d'une cérémonie, organisée à l'issue de ses funérailles sur la place de la mairie de Neuville. Un hommage solennel, auquel ont assisté les ministres de la Défense, Michèle Alliot-Marie, et de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, entourés par les autorités judiciaires, administratives, militaires et des élus du département.

« Avec la disparition tragique de votre mari, c'est aussi toute la communauté de la gendarmerie qui est à nouveau endeuillée, et cela pour la onzième fois depuis le début de l'année », a souligné Nicolas Sarkozy dans un discours élogieux, après avoir chaleureusement salué les proches du militaire. Dans la nuit de dimanche à lundi, Fabien Batista et l'un de ses collègues intervenaient dans un petit immeuble de la ville pour un tapage nocturne chez un résident agité, lorsqu'ils ont senti une forte odeur de gaz. L'évacuation des occupants avait à peine commencé lorsque la déflagration s'est produite, tuant le jeune militaire, le père d'une locataire et un menuisier de 26 ans, découvert dans les décombres mardi matin. « Fabien Batista a donné sa vie pour sa passion. En agissant comme il l'a fait, il a honoré la gendarmerie nationale », a conclu le candidat à la présidentielle, qui, après avoir salué la foule entassée aux abords de la place, s'est engouffré dans une voiture avec Michèle Alliot-Marie pour regagner Paris.

Elisa Frisullo

Les enquêteurs doivent prochainement entendre l'homme, réputé asocial, chez lequel les gendarmes devaient intervenir à Neuville- sur-Saône, pour déterminer si le drame, sans doute dû au gaz, est liée à une tentative de suicide.