Un centre de la mémoire arménienne à Décines

— 

«N'oublions jamais ce qui s'est produit en 1915.» C'est ces termes que la ministre de la Culture Aurélie Filipetti est venue inaugurer dimanche le centre national de la mémoire arménienne à Décines, dont la construction avait débuté en 2010. Ce lieu «pédagogique incontournable» recense près de 12 000 ouvrages et 11 000 documents consacrés au génocide arménien et plus généralement à l'histoire de l'Arménie. «Ouvert à tous», l'établissement entend «dépasser la démarche du centre culturel traditionnel, en proposant des conférences et expositions qui s'inscrivent dans le champ de la réflexion», selon sa directrice Katia Boudoyan. Ainsi, tout au long de l'année, le centre présentera onze conférences-débats ou événements culturels. La France avait reconnu le génocide arménien en 2001 sans pour autant désigner la Turquie comme responsable. C.G