Quentin Tarantino envoûte le Festival Lumière de Lyon

CINEMA Le réalisateur a enthousiasmé le public et les professionnels...

Caroline Girardon

— 

Quentin Tarantino en conférence de presse à Lyon lors du Festival Lumière, le 15 octobre 2013.
Quentin Tarantino en conférence de presse à Lyon lors du Festival Lumière, le 15 octobre 2013. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

On ne l'attendait pas si tôt. Sa venue était annoncée pour mercredi, mais finalement Quentin Tarantino a pris tout le monde de court. Le réalisateur, qui recevra vendredi le prix Lumière, a débarqué dimanche entre Rhône et Saône en toute discrétion, n'hésitant pas à bouleverser son agenda. «Quand je lui ai dit que Jean-Paul Belmondo venait lundi pour l'inauguration du festival, il m'a répondu qu'il voulait absolument être là», confie Thierry Frémeaux, le directeur de l'Institut Lumière.

«Je ne pensais pas que je serai ému à ce point»

«Belmondo est le roi de la supercoolitude. Il a un côté mythique. C'est une icône des films policiers, explique Quentin Tarantino, les yeux brillants d'admiration. Il m'inspire beaucoup.» Fait exceptionnel: l'Américain passera toute la semaine dans les salles obscures lyonnaises afin de présenter ses coups de cœur au public. Ce que n'avait jamais fait aucun autre lauréat du prix Lumière. «C'est un passionné de vieux films, notamment des vieilles bobines. Cela se sent. Pour lui, c'est un vrai plaisir d'être là», explique-t-on du côté du festival. «Ce festival, c'est une pierre précieuse, confirme le fantasque Américain. L'idée même de mettre en avant des classiques m'est très chère.»

Et de poursuivre dans un éclat de rire: «Si je ne suis pas en train de faire un film, j'ai prévu de revenir tous les ans en octobre.» Récompensé à 50 ans pour l'ensemble de sa carrière, le réalisateur avoue avoir été particulièrement touché. «Ça fait le même effet que lorsque j'ai reçu le César d'honneur. Même si je ne suis pas encore décrépi (rires) et que j'ai encore plein de choses à accomplir, cela me retourne. Je ne pensais pas que je serai ému à ce point. Surtout de le recevoir ici, dans la ville des frères Lumière.» En hommage à ses illustres prédécesseurs, Tarantino passera derrière la caméra samedi pour filmer à sa façon la sortie d'usine Lumière. Qui sait? On y croisera peut-être Django…