Des Flash-Ball pour la police municipale

— 

Après s'y être longtemps refusée, la mairie de Lyon a finalement décidé d'armer une partie de ses policiers municipaux. Dès mardi, les 65 agents de l'Unité mobile d'intervention et du Groupe opérationnel mobile, intervenant dans les Zones de sécurité prioritaire, seront dotés de quinze Flash-Ball. Ils seront formés par la police nationale au maniement de cette arme non létale, destinée à être utilisée comme moyen de défense en cas de difficulté sur le terrain. Les pistolets à balles en caoutchouc, qui seront répartis dans des patrouilles de trois ou quatre agents, serviront «en cas d'attaque», a précisé vendredi le nouveau directeur général adjoint de la sécurité de la Ville de Lyon, Christophe Pernette-Tixier. «Car le Flash-Ball permet de tenir à distance des groupes», a ajouté l'ancien chef d'état-major de la direction de la sécurité publique du Rhône. Depuis février, une partie de la police municipale de Villeurbanne est dotée de ces mêmes armes. E.R.