La Halle Tony-Garnier, ici en 2012, accueillera l'ouverture du festival ce lundi.
La Halle Tony-Garnier, ici en 2012, accueillera l'ouverture du festival ce lundi. — JL Mège

CINEMA

Le festival Lumière de Lyon séduit son monde

L'événement, dont la 5e édition s'ouvre ce lundi, a un rayonnement grandissant à l'international...

Clint Eastwood pour ses débuts et Quentin Tarantino pour fêter ses cinq ans : le festival Lumière sait décidément bien s'entourer pour rayonner au-delà de Lyon. Un destin qui nécessite tout de même du temps. «Ce festival n'a encore rien à voir avec Cannes en terme de notoriété et de budget, confie Nadine Gelas, vice-présidente au Grand-Lyon chargée des Evénements culturels. C'était quand même un sacré challenge de miser sur le patrimoine, les»vieux films«, comme on dit.»

 

 

Peu de touristes étrangers

 

 

S'appuyant sur le réalisateur de Pulp Fiction, très impliqué dans son rôle de Prix Lumière, le festival a déjà vendu 50 000 places avant son lancement ce lundi avec Un Singe en Hiver (complet) à la Halle Tony-Garnier. Soit déjà autant qu'au terme de sa première édition, alors que Lumière 2012 avait comptabilisé 72 000 billets. «L'impact international est grandissant même si cela concerne surtout des férus de cinéma, confirme Laurent Jaumes, vice-président des hôteliers de l'UMIH du Rhône. Quelques étrangers, notamment des Italiens, viennent séjourner ici toute la semaine.» Davantage que ce «frétillement touristique», Lyon en profite pour développer le créneau professionnel, avec la création du marché du film cette année. «130 professionnels du monde entier vont réfléchir à la façon de faire circuler les œuvres de l'histoire du cinéma», explique Maëlle Arnaud, responsable de la programmation du festival. De même, si plus de tournages de films ainsi que Cartoon Movie ont lieu à Lyon depuis cinq ans, «Lumière n'y est pas pour rien», selon Nadine Gelas. Et quoi de mieux que Quentin Tarantino tournant sa version de la sortie des usines Lumière samedi (15 h) au Hangar du Premier-film pour accélérer la notoriété lyonnaise dans le monde ?

 

■ Les tout premiers films projetés en plein air

Un camion itinérant proposera pendant les six jours de festival (de 19 h à 21 h jusqu'à dimanche) 13 séances de projections des premiers films de l'histoire du cinématographe, réalisés entre 1895 et 1903. La place des Terreaux et la place Béraudier vont être les premières étapes ce lundi, avant notamment la place des Archives et les terrasses de la Guillotière (mardi) puis la place Maréchal-Lyautey et la place Louis-Pradel (mercredi). www.festival-lumiere.org.