Les tags s'invitent dans la ville

Caroline Girardon

— 

Les artistes ont réalisé des performances dimanche place Béraudier (3e).
Les artistes ont réalisé des performances dimanche place Béraudier (3e). — C. Villemain / 20 Minutes (archives)

C'est l'une des plus anciennes disciplines de la culture hip-hop : le Graffiti est à l'honneur cette semaine à travers la deuxième édition du festival Graff-Ik'Art qui lui est en partie dédié à travers toute l'agglomération lyonnaise.

Casser les clichés


«Les gens ont une image négative du tag qu'ils considèrent souvent comme un massacre sur les murs. Or il s'agit avant tout de calligraphie, déclare Ruddy Moradel, président de la FEDEVO, fédération régionale du hip-hop et des cultures urbaines. On est souvent confronté aux préjugés habituels selon lesquels les graffeurs sont des gens de banlieue. Notre rôle c'est de casser tout cela.» Pour y parvenir, les organisateurs entendent montrer le tag sous toutes ses formes et l'introduire dans les milieux généralement assez hermétiques. L'an dernier, les artistes invités, ont réussi à pénétrer dans les salles de ventes aux enchères, les couloirs de palais de justice ou les galeries d'art. «On souhaite vraiment démocratiser cette pratique, poursuit Ruddy Moradel. Les graffitis peuvent toucher tout le monde : les rebelles qui aiment leurs aspects contestataires et les amateurs d'art qui apprécieront l'esthétique.» Pour cela, les organisateurs misent sur des références dans le domaine : Jay 1, Mode 2 ou encore Banga. qui réaliseront des œuvres devant le public. «Ce sont des pionniers. Pourtant, ils sont totalement méconnus à Lyon, raconte Ruddy Moradel. Mode 2 par exemple, est devenu un peintre reconnu qui a collaboré avec Agnès B et les Rolling Stones. Ici, on peut avoir de la qualité : des artistes bien moins chers que ceux qui exposent à la biennale d'art contemporain et bien plus connus.» Certains apprécieront…

■ Demandez le programme

Le festival Graff-Ik'Art dure jusqu'au 30 septembre. Parmi les temps forts, trois jours de résidence d'artistes, place Charles-de-Gaulle (3e), de lundi à mercredi. Une conférence-débat sur le thème «Le street art, nouvelle forme d'expression contemporaine?» est prévue mardi à 17 h 30 à l'université Jean-Moulin. Enfin, samedi de 14 h à 23 h, place à une performance Body Art. Renseignements sur www.fedevo.fr.