Pepe Mel écrit l'histoire du Betis

Stéphane Marteau

— 

L'homme qui s'apprête avec le Betis Séville à défier l'OL, ce jeudi en Ligue Europa, est un personnage atypique dans l'univers du ballon rond. José Mel Perez (50 ans), dit Pepe Mel, ne se contente pas de diriger depuis 2010 le club andalou qu'il a conduit en trois ans de la D2 à la Ligue Europa. Entre deux séances d'entraînement, cet ancien attaquant formé au Real Madrid s'adonne à l'écriture. Au point d'avoir publié deux romans : El mentiroso (2011) et El camino al más allá (2013).

Coéquipier de Steve Savidan à Angers


Joueur, Pepe Mel étalait déjà sa différence par son goût prononcé pour la culture. «Pour lui, il y avait une vie en dehors du football, témoigne Steve Savidan, son ancien partenaire à Angers, où le Madrilène a terminé sa carrière en 1998. Il s'intéressait aux châteaux de la Loire et à l'histoire des rois de France. Comme il avait pas mal bourlingué, il nous faisait également partager ses voyages et son expérience.» L'ancien attaquant international, qui débutait alors sa carrière, conserve une grande affection pour Pepe Mel. «Il m'avait pris sous son aile et nous nous fréquentions pas mal en dehors du terrain», déclare Steve Savidan, qui n'a été nullement surpris d'apprendre que son ancien concurrent au poste d'avant-centre – «un joueur véloce, très adroit devant le but» – avait embrassé la carrière d'entraîneur. «A Angers, il ne jouait plus trop sur la fin à cause de moi (rires). Du coup, il avait un rôle de conseiller auprès des joueurs. Il nous apportait sa vision et sa culture sud-américaine basée sur le combat et le jeu.» Des valeurs qu'il semble avoir transmises aux joueurs du Betis Séville.

■ Louis Hon, du Betis Séville à l'OL

Décédé en 2008 à l'âge de 83 ans, cet ancien défenseur international (12 capes), qui fut le premier Français à évoluer en professionnel au Real Madrid (1950-1953), a conduit l'OL à la conquête de la Coupe de France en 1967. Louis Hon avait débuté sa carrière d'entraîneur en Espagne, à Santander, avant de diriger durant quelques mois le Betis Séville (1964-1965), le temps de se faire éliminer au 1er tour de la Coupe UEFA par le Stade Français (1-1 et 0-2).