L'arrivée de trois familles roms a accéléré cette expulsion

— 

La préfecture du Rhône a assuré mardi qu'elle s'est contentée «d'exécuter une décision de justice pour que le chantier avance». Il ne fait pourtant aucun doute que l'accueil sur la Butte de trois familles roms jeudi dernier a considérablement accéléré la procédure d'expulsion des zadistes de Décines, qui étaient sous la menace depuis le 30 avril. «Je sentais mal ce plan-là car ce n'est pas notre cause, regrette Marco, qui a participé à la construction du village de fortune au milieu des champs. D'autres associations s'occupent des Roms et nous n'aurions pas dû nous disperser.» Néanmoins, les Fils de Butte tiennent à répondre au maire (PS) de Décines Jérôme Sturla les accusant «d'instrumentaliser la situation des Roms et de s'en servir comme boucliers humains.» «Nous n'avons jamais programmé leur venue, confie l'un d'eux, Jessie. Nous avons été mis devant le fait accompli puisqu'une quinzaine de Roms en détresse ont trouvé notre campement après leur expulsion du bidonville de Vaulx-en-Velin (le 23 août).» Une arrivée qui a provoqué une vive réaction de la part de nombreux riverains… J.L.