«Je vais mettre le paquet»

Propos recueillis par Elisa Riberry

— 

Michel Havard a été désigné candidat à la mairie à l'issue de primaires UMP.
Michel Havard a été désigné candidat à la mairie à l'issue de primaires UMP. — C. Villemain / 20 Minutes

Si le maire PS de Lyon a dit qu'il partirait en campagne en janvier, pour son principal rival, le candidat UMP aux Municipales Michel Havard, cette rentrée marque le début de la «reconquête». Dans une interview accordée à 20 Minutes, il évoque l'un des thèmes phares de son programme : l'éducation.

Quel bilan faites-vous de la mandature Collomb ?

En matière d'éducation, la municipalité a fait le service minimum. Et je ferai de ce volet-là une priorité forte de l'action municipale.

Depuis 2001, 304 millions d'euros ont été investis par la ville dans l'éducation. Peut-on parler de service minimum ?

La ville investit chaque année dans les écoles, qu'il y ait ou non Gérard Collomb. Il ne faut pas confondre l'investissement nécessaire, que tous les maires ont fait et que je ferai pour avoir des outils adaptés, et la politique à mener à destination des élèves. C'est sur cet aspect que je vais mettre le paquet. Gérard Collomb confond le béton et l'humain. Moi, je veux redonner une place à l'humain.

Quelle sera votre priorité ?

Je mettrai en place un grand plan de lutte contre l'échec scolaire, avec un cadre général, un contenu. Et des moyens financiers que la mairie n'a jamais mis dans ce domaine en treize ans de mandature Collomb. Le plan sera la mesure la plus visible en terme d'accompagnement des jeunes, mais il y aura aussi des actions à destination des familles, notamment du soutien à la parentalité.

L'un des chantiers du futur maire, en 2014, sera les nouveaux rythmes. Comment voyez-vous les choses ?

J'y vois une menace pour les familles, car dans la réforme des rythmes et du périscolaire, Gérard Collomb a évoqué la participation des parents. Dans cette période de matraquage financier, ça serait insupportable. Cela créerait des inégalités. Entre les écoles, d'abord, puisqu'à Lyon on envisage de faire les choses différemment dans chacune d'elles. Il y aurait donc aussi des inégalités entre les enfants. Alors si en plus on fait participer les parents, ce sera une menace de plus pour les familles, comme l'a été en cette rentrée la grève des cantines.

Tout est rentré dans l'ordre….

Et je m'interroge. Cela fait des années qu'il y a des problèmes et des grèves dans les cantines. Là, tout à coup, Gérard Collomb sort son chéquier. S'il savait ce qu'il fallait faire, pourquoi il a laissé les familles en otage pendant trois ans ? Mais parce que c'est sous la menace électorale que le maire de Lyon sort son chéquier.