Tensions au Prado :la CFDT saisit la justice

©2006 20 minutes

— 

L'atmosphère s'alourdit au sein de l'association d'obédience catholique Prado Rhône-Alpes, qui accueille 500 ados en difficulté dans 19 centres de rééducation. La CFDT, majoritaire au Prado, vient de saisir le procureur de la République de Lyon pour la gestion financière et humaine de l'association, jugées « désastreuses », après le licenciement « pour faute lourde » d'un directeur de centres.

Soupçonné d'avoir, selon la direction, détourné près de 25 000 e, le directeur doit comparaître d'ici à 15 jours devant la justice. Mais, « cette affaire n'est qu'un épiphénomène », souligne la CFDT qui parle de 60 licenciements en deux ans. « Il y a eu 40 licenciements dans des centres où nous avions des difficultés », contredit Alain Richard, directeur de l'association, sous tutelle du conseil général et de la protection judiciaire de la jeunesse. Pour trois des salariés, les Prud'hommes ont jugé les licenciements « sans cause réelle et sérieuse » et condamné le Prado à de lourdes indemnités. « Tout ça, financé par des fonds publics et aux dépens des adolescents », déplore la CFDT.

E. F.