La reconversion en marche

Elisa Riberry

— 

L'un des utilitaires du Grand Lyon.
L'un des utilitaires du Grand Lyon. — C. Villemain / 20 minutes

Le geste est symbolique mais ô combien important pour les 430 salariés de la Société d'innovation et de technologie de Lyon (SITL), ex-Fagor-Brandt. Le Grand Lyon est venu récupérer mercredi deux utilitaires électriques de la marque «Brandt Motors» fabriqués par les ouvriers de cette usine de Gerland qui était spécialisée, il y a encore deux ans, dans la production d' électroménager. En reprenant cette usine vouée à disparaître, Pierre Millet, l'actuel Pdg, s'était lancé le pari de conserver les emplois en passant progressivement de la production de machines à laver à la fabrication de filtres pour stations d'épuration et de véhicules électriques.

Soixante voitures vendues


Aujourd'hui, ces nouvelles activités occupent 120 des 430 salariés, qui ont bénéficié de formations pour se reconvertir. Mais elles ne représentent que 2 des 35 millions d'euros de chiffre d'affaires réalisé par SITL au 31 juin. «Pour 2014, nous tablons sur un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros. Plus de la moitié devrait être réalisée par les véhicules et les filtres», précise Pierre Millet, qui assure qu'en 2016 tous les salariés auront basculé vers les nouvelles activités. Des objectifs ambitieux qui ne pourront être atteints que si la commercialisation suit. Depuis novembre, SITL a fabriqué et vendu 57 filtres et 60 véhicules, proposés à partir de 24 000 €. «La collectivité croit en ce projet. Il faut accompagner de manière très forte la reconversion sur ce site», souligne David Kimelfeld, vice-président du Grand Lyon chargé du Développement économique. Pour l'heure, toutefois, peu de collectivités ont passé commande. «Elles se demandent encore ce qu'elles peuvent faire de véhicules électriques, note Pierre Millet. La plupart de nos clients sont des transporteurs assurant les livraisons du dernier kilomètre et des entreprises intervenant en centre-ville.»

■ Aides publiques

Pour opérer cette reconversion, SITL a bénéficié de 600 000 € d'aide à la réindustrialisation de la part de l'Etat. La région qui doit participer à hauteur de 500 000 €, a déjà versé la moitié de la somme.