Un réel espoir pour Mathilde

Caroline Girardon

— 

Mathilde, nourrie par sonde naso-gastrique, et sa maman Laëtitia.
Mathilde, nourrie par sonde naso-gastrique, et sa maman Laëtitia. — C. Villemain / 20 Minutes

Elle est âgée de 16 mois mais semble en avoir à peine la moitié. Mathilde, petite poupée aux larges cils, vit depuis sa naissance avec une sonde naso-gastrique. Ses parents, qui habitent dans le nord-ouest du département, vont la faire hospitaliser au mois d'août dans une clinique autrichienne spécialisée dans le sevrage. Ils ont besoin de 15 000 € pour financer le traitement et le voyage.

Pas de solutions en France


«Trois jours après l'accouchement, Mathilde a été emmenée d'urgence en réanimation pédiatrique, raconte Laëtitia, sa maman. Elle ne se nourrissait pas et son état était critique. Pour la sauver, les médecins lui ont posé cette sonde. Elle en est devenue dépendante.» Depuis, le quotidien de la petite fille est difficile à gérer. «Quatre fois par jour, nous devons la relier à une machine pour qu'elle puisse manger, dévoile Baptiste, son papa. Même si je n'aime pas ce terme, le»gavage«est long. Il faut attendre une heure et demie avant qu'elle digère ; un temps au cours duquel Mathilde doit rester assise et bouger le moins possible pour éviter tout reflux gastrique.»

En raison de cette pathologie, l'enfant a accumulé un léger retard psychomoteur et de la parole. «Elle ne se nourrit que de lait enrichi en gras et en sucre, poursuit Baptiste. Mais cela ne suffit pas à développer normalement sa croissance.» La famille, qui n'a jamais réussi à trouver une aide spécialisée et qui se sent de plus en plus isolée, partira dès le 11 août en Autriche. «Cette clinique est spécialisée dans le sevrage depuis 20 ans, précise Mélanie Permingeat, présidente d'Un sourire sans fil. En France, les médecins ne pratiquent pas ce genre de traitement. L'objectif est de les sensibiliser en leur montrant que des solutions existent ailleurs.»

■ Un appel à la générosité

Afin de pouvoir financer le traitement de Mathilde qui débutera le 12 août pour une durée de 3 semaines, ainsi que les frais de voyage, la famille, soutenue par l'association Un sourire sans fil, a besoin de 15 000 €. Près de 4 500 € ont été déjà récoltés. Les dons peuvent se faire via la page Facebook «Asso Un sourire sans fil», sur le site : www.unsouriresansfil.fr ou par courrier à l'adresse : Un sourire sans fil, 24 rue Marcel-Roux, 69690 Bessenay.