Les centres d'hiver ferment

— 

L'évacuation des lieux a suscité l'indignation des militants associatifs mobilisés aux côtés des sans-abri. Lundi matin, une partie d'entre eux se sont réunis à Tassin pour soutenir la soixantaine de personnes – dont unemoitié d'enfants – accueillies à l'ex-clinique du Rein. Ce lieu abritait notamment, depuis quelques semaines, des familles Roms sinistrées de l'incendie mortel survenu mi-mai dans le 8e. Le 27 juin, deux autres centres, où l'accueil avait aussi été prolongé par la préfecture à la fin de l'hiver, devraient fermer à Villeurbanne et Décines. «Une violation de la loi, selon le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples du Rhône (Mrap), qui a rappelé lundi que» toute personne accueillie dans un centre d'hébergement d'urgence doit pouvoir y rester jusqu'à ce qu'une orientation lui soit proposée «.

» Le plan froid est terminé depuis longtemps «, a rétorqué la préfecture du Rhône, précisant que tout au long de l'année, 3 000 personnes sont hébergées dans des centres d'urgence ou des maisons relais. E.R.