Hervé Touré candidat à l'équipe de France

Stéphane Marteau

— 

Hervé Touré, cette saison à Nancy.
Hervé Touré, cette saison à Nancy. — Pol Emile / Sipa

C'était il y a neuf ans. Claude Bergeaud, alors sélectionneur national, l'avait retenu en équipe de France A' pour participer à une tournée aux Antilles. Depuis, Hervé Touré (31 ans, 2, 04 m) n'a plus jamais eu l'honneur de porter le maillot tricolore. Le joueur formé à l'Asvel n'a pourtant pas tourné le dos à la sélection nationale. «Mon nom n'est jamais cité lorsqu'on parle de l'équipe de France, constate-t-il. Pourtant, je suis disponible et ouvert à la discussion.» L'intéressé a le sentiment que son long exil à l'étranger (Belgique, Italie, Espagne) lui a été préjudiciable. «Depuis que je suis parti de l'Asvel (en 2005), je n'ai jamais eu de contact avec les différents sélectionneurs.»

Réponse lundi


Son retour dans l'Hexagone, cette saison, à Nancy, n'a rien changé à l'affaire. Hervé Touré ne semble pas entrer dans les plans de Vincent Collet, qui communiquera lundi la liste des joueurs appelés à débuter la préparation à l'Euro, le 21 juillet, à l'Insep. L'ailier polyvalent sort pourtant d'une saison consistante au Sluc, où il a tourné à 8, 3 points et 4, 3 rebonds de moyenne. Après avoir longtemps été handicapé par une blessure au dos, il a pris une part prépondérante dans le maintien de la formation lorraine. «A partir du moment où j'ai retrouvé l'intégralité de mes moyens physiques, j'ai pu montrer mon niveau et rappeler ce que je pouvais apporter à différents postes», souligne celui qui a été nominé à l'élection du meilleur joueur du mois de mai.

En attendant un hypothétique coup de fil de Vincent Collet, Hervé Touré profite de ses vacances tout en étudiant les différentes propositions qui lui parviennent, lui qui n'a pas été conservé par Nancy. «J'ai des contacts un peu partout, mais je n'ai aucune idée de l'endroit où je serai la saison prochaine.» Il n'écarte toutefois pas la possibilité de rester en Pro A. «Cette année de transition m'a permis de me réconcilier avec la France», lance-t-il.