Marie-France Vulliermet, avocate .
Marie-France Vulliermet, avocate . — C. Villemain / 20 Minutes

Lyon

«Ce n'est pas un accident, mais un acte de racisme»

Justice Deux membres du GUD ont été condamnés pour violence en réunion

Depuis un mois, elle ne dort quasiment plus. D'une voix étranglée, elle explique devant les juges du tribunal correctionnel qu'elle boit chaque soir pour tenter de trouver le sommeil et qu'elle n'ose plus sortir. Charlotte* fait partie des quatre victimes agressées le 18 mai par une dizaine de jeunes militants du GUD (organisation d'extrême droite). Deux d'entre eux ont été condamnés jeudi à des peines de dix-huit mois de prison dont douze ferme (avec mandat de dépôt) et douze mois dont six ferme (sans mandat de dépôt).

«


La République a échoué»


Cette nuit du 18 mai, les quatre amis circulant à vélo rencontrent le groupe fortement alcoolisé. Christophe, l'instigateur de la bagarre, entrave leur chemin, en leur signifiant que seuls les blancs peuvent passer avant de lancer à Grégory : «Tu couches avec une Asiatique, tu déshonores la France.» S'ensuit une pluie de coups de pied sur les deux garçons voulant protéger leurs amies. «Ça partait de tous les côtés, témoigne Virginie. Ils se sont acharnés, ils les ont frappés alors qu'ils étaient au sol, pratiquement inconscients. Certains sont même montés sur des capots de voiture pour prendre leur élan et mieux les frapper à la tête.» Poussés dans leurs retranchements, les deux accusés bégaient et se cherchent des excuses : «C'est l'alcool, on a fait une grosse bêtise.» Un argument qui ne convainc pas les parties civiles.

«C'est trop facile de dire ça, s'emporte Arnaud Bouillet, avocat de la Licra. Ce n'est pas un accident, c'est un acte de racisme délibéré.» «On se dit que la République a échoué avec ces jeunes pour les voir tomber si bas et être si pitoyables à l'audience», assène le procureur. «On fait endosser des costumes indécents à de pauvres gosses», rétorque Marie-France Vulliermet, leur avocate, dressant le portrait de jeunes désorientés et fragiles entraînés par de «mauvaises fréquentations».