La fraude dans le viseur

Elisa Riberry

— 

Les surveillants seront là pour dissuader les élèves de tricher.
Les surveillants seront là pour dissuader les élèves de tricher. — F. Durand/Sipa

Le grand départ du bac 2013 est prévu ce lundi matin à 8 h pour les 31 183 candidats des filières générales, technologiques et professionnelles de l'académie de Lyon. Un examen placé sous le signe du renforcement de la lutte anti-fraude. «La triche est un phénomène très minoritaire lors du bac. Mais il est tout de même important de faire un effort de pédagogie auprès des élèves pour leur rappeler les règles et de prendre des mesures dissuasives», précise le rectorat de Lyon.

Seize cas de triche en 2012


Principale cible cette année du plan anti-fraude, les téléphones portables, qui ont pris le relais des antisèches cachées dans la trousse. En 2012, sur les seize dossiers pour triche instruits dans l'académie, dix relevaient de fraude au portable. Pour dissuader les candidats d'utiliser leurs mobiles pendant les examens, de nombreux détecteurs de téléphones seront donc déployés, de manière aléatoire, dès ce lundi dans plusieurs centres d'examens. «Ces appareils détectent la présence des téléphones allumés dans la classe», précise-on au rectorat. Un dispositif auquel s'ajoute bien sûr, dans chaque salle, la présence d' au moins un surveillant pour vingt élèves.

■ 9 000 correcteurs

Dans le Rhône, l'Ain et la Loire, 9 000 correcteurs sont mobilisés. Les résultats sont attendus le 5 juillet, et le 9 juillet pour les candidats convoqués au rattrapage. En 2012, le taux de réussite était de 86,9 %.