La fac veut réparer l'ascenseur social

©2006 20 minutes

— 

La faculté de droit de Lyon-III s'engage en faveur de l'égalité des chances. En gestation depuis plusieurs mois, le pôle universitaire de proximité (PUP) a été inauguré hier sur le campus des quais (7e). Ce dispositif, qui ne sera opérationnel que d'ici à quelques semaines, vise à lutter contre l'échec scolaire au lycée et à la fac, et à ouvrir les portes de l'université aux jeunes en difficulté.

Des lycéens et des étudiants, souvent issus des quartiers défavorisés et des zones rurales, avec ou sans bac, pourront bénéficier cette année au sein du PUP de formations adaptées à leur situation. « L'objectif n'est pas de se substituer à l'Education nationale, mais de leur proposer des clés pour réussir dans la voie qu'ils auront choisie », indique Fabien Lafay, directeur scientifique du pôle.

Premier public visé, les lycéens qui n'iront pas au-delà du bac. Ils bénéficieront d'une aide à l'insertion professionnelle, allant de la rédaction d'un CV à la préparation d'un entretien d'embauche. Pour les autres, « nous essayerons de casser la spirale de la dévalorisation en leur expliquant qu'ils peuvent, eux aussi, prétendre aux métiers du droit », ajoute Bruno Coulon, directeur technique du PUP. A l'université, un parcours personnalisé sera proposé aux étudiants les plus vulnérables, « pour lesquels l'univers inégalitaire de la fac peut être impitoyable ».

« Nous voulons éviter la sélection par le découragement », conclut le doyen de la faculté de droit, Hugues Fulchriron. Le pôle, retenu parmi 54 autres projets de ce type par le gouvernement, s'est vu attribuer une enveloppe de 70 000 e. Un budget qui permettra l'accueil et le suivi de 150 lycéens et de 150 étudiants.

Elisa Frisullo

Les responsables du pôle ont regretté hier l'absence du ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances, Azouz Begag, pourtant présent hier à Lyon dans le cadre de son tour de France de la diversité.