Non-lieu confirmé pour les policiers qui avaient tué un jeune

©2006 20 minutes

— 

Les policiers qui ont abattu le jeune Nicolas Billotet à bord d'une voiture volée ne seront pas jugés. Hier, la chambre d'appel de l'instruction de Lyon a confirmé l'ordonnance de non-lieu dont ont bénéficié au printemps dernier les six fonctionnaires présents lors de la fusillade.

Le 13 mars 2003, à Saint-Rambert-le-Haut (Lyon 9e), Nicolas Billotet, 23 ans, avait pris le volant d'une voiture volée que des policiers surveillaient. Les agents avaient ouvert le feu en « légitime défense », le jeune homme ayant foncé dans leur direction. « Mais ils auraient pu l'interpeller avant », avait plaidé le 10 octobre l'avocate de la famille. « Cette décision, inadmissible dans un Etat de droit, place la justice sous la tutelle des forces de police », a dénoncé hier le Centre d'initiative et de réflexion pour la défense des libertés (Cirdel). La famille de la victime souhaite se pourvoir en cassation pour obtenir « un procès ».

F. C.