«Tribune de Lyon» en état critique

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Dernier numéro pour Tribune de Lyon ? Un an après avoir lancé cet hebdomadaire d'actualités, son PDG et actionnaire principal Fernand Galula jette l'éponge. Pour des « raisons économiques et personnelles », l'ancien patron des Petites Affiches a saisi le 28 septembre le tribunal de commerce pour un plan de sauvegarde. Malgré des ventes de 4 000 exemplaires chaque semaine, le journal perd de l'argent, faute de commerciaux pour vendre ses espaces publicitaires. La justice doit statuer le 31 octobre entre la cession du fond de commerce et la liquidation.

Deux projets de reprise se préparent dans l'urgence. Hier, dans les locaux du journal, à la Cité internationale (6e), les salariés bouclaient le numéro de demain. Et s'activaient pour sauver leur titre. D'ici à demain soir, ils doivent réunir les 500 000 e nécessaires pour leur « plan de continuation ». « On va réduire les charges, augmenter les ventes et les rentrées publicitaires. Il y a de la place pour cet hebdo à Lyon », indique François Sapy, le rédacteur en chef.

Philippe Brunet-Lecomte, lui, ne croit pas à la pertinence d'un hebdomadaire. Le fondateur du mensuel Lyon Mag doit proposer au tribunal de commerce de transformer Tribune en gratuit culturel diffusé tous les quinze jours. Il réunissait hier ses actionnaires, auprès desquels il espère lever 1,5 million d'euros pour s'engager sur ce créneau déjà encombré. Son projet prévoit de ne garder que trois salariés sur dix-sept. « Ce sera la mort de Tribune de Lyon », déplore le personnel du journal.

Frédéric Crouzet

Une société des lecteurs de Tribune de Lyon est en cours de création à l'initiative des salariés. Elle est appelée à devenir actionnaire du journal à titre collectif. Contact : lecteursdetdl@gmail.com