«Ce n'est que du bonus»

Propos recueillis par Stéphane Marteau
— 
Camille Abily (à d.) avait pris le dessus sur Maéva Clemaron en championnat.
Camille Abily (à d.) avait pris le dessus sur Maéva Clemaron en championnat. — C. VILLEMAIN /20 MINUTES


Vainqueur de la Coupe de France en 2011 contre Montpellier, l'AS Saint-Etienne espère rééditer cette performance face à l'OL, ce samedi (20 h 55 sur France 4), à Clermont-Ferrand. Mais son entraîneur ne se fait pas trop d'illusions sur l'issue de ce derby.


Comment abordez-vous  cette finale face au tenant du titre ?


Sans pression car ce sera forcément plus compliqué que si nous avions dû jouer Montpellier. Sans faire offense à Montpellier, qui fait quand même partie du Top 4, on se doutait que l'OL allait se qualifier. Nous nous sommes donc préparés depuis le début de la semaine à affronter cette équipe, sans changer notre manière de procédé.


Combien de chance vous accordez-vous de réaliser l'exploit ?


Très peu. Depuis deux ans, nous n'avons jamais encaissé moins de trois buts face à l'OL (7-0 et 3-0 en 2011-2012 ; 3-0 et 5-0 cette saison). Nous avons donc encore du chemin à faire avant de pouvoir rivaliser. Mais cela ne veut pas dire que nous n'y arriverons pas samedi. Ce match, il faut le jouer car en football, on ne sait jamais ce qui peut se passer.


La victoire de Wolfsburg contre l'OL en finale de la Ligue des champions vous a-t-elle donné des idées ?


Des idées, nous en avons pour contrer l'OL. Mais à la différence de Wolfsburg, mon équipe manque d'impact physique. Notre chance réside dans l'organisation collective que nous allons mettre en place, défensivement et offensivement.


L'absence d'Amandine Henry,  qui s'est blessée à une cuisse, mercredi, en demi-finale,  peut-elle changer la donne ?


J'espère pour elle que ce n'est pas trop grave. Mais c'est vrai que son absence enlève une force vive à l'OL, car Amandine est une super joueuse. Elle sera probablement remplacée par Elise Bussaglia. Les Lyonnaises ont tellement de joueuses de qualité qu'elles pourraient nous battre en alignant deux équipes différentes.


Est-ce que ce serait une première victoire d'arriver à pousser l'OL  à la séance des tirs au but ?


C'est sûr. Nous aurions plus de chances de nous imposer dans cet exercice que sur le terrain. Mais notre première victoire, nous l'avons déjà remporté en éliminant le Paris SG (2-0) au tour précédent. Cette finale, ce n'est que du bonus.