Cette fois, c'est sans contestation possible

A Montpellier, Nicolas Bonzom

— 

La Lyonnaise Lotta Schelin (archive).
La Lyonnaise Lotta Schelin (archive). — C. Villemain / 20 Minutes

A défaut de signer un triplé, l'OL peut toujours rêver d'un nouveau doublé au sommet du foot français. La demi-finale de Coupe de France, rejouée ce mercredi, à Pérols sur un terrain «pelousé» n'a cette fois donné lieu à aucune contestation. Avec un cinglant 0-4, les Lyonnaises ont montré leur supériorité. «Ce match, on aurait pas dû le rejouer», grognaient les supporters.

Doublé de Camille Abily


Le 12 mai, un tir au but injustement refusé à Rumi Utsugi avait déclenché une vive polémique. Finalement, le suspense ne s'est jamais invité lors de ce deuxième acte. « C'est dommage car à la base, c'est nous qui étions en finale, gronde la coach Sarah M'Barek. Mais il faut bien le reconnaître, les Lyonnaises étaient meilleures.»

Camille Abily restera comme le cauchemar des Montpelliéraines, ce mercredi. La Lyonnaise, ex-protégée du MHSC, a trompé la gardienne héraultaise Laëtitia Philippe à deux reprises, dès la 1re mi-temps (24e, 27e). Dont le premier but inscrit sur un contre après une énorme occasion mal exploitée par Hoda Lattaf. Le doublé de la Suédoise et meilleure buteuse de France Lotta Schelin (40e, 58e) a anéanti définitivement assis le succès de championnes de France jamais inquiétées. En fin de match, l'expulsion de Laetitia Philippe n'était sans doute pas nécessaire.

Moins anecdotique et plus ennuyeux, la blessure d'Amandine Henry à dix minutes du terme, dont la participation à la finale semble fortement compromise..

■ Un derby en finale

Vainqueur de Montpellier, Lyon va retrouver Saint-Etienne en finale samedi (20 h 55) à Clermont-Ferrand. Les Stéphanoises sont qualifiées depuis le 11 mai et leur victoire 2-0 contre le PSG.