La justice revient sur l'affaire de l'ex-iman de Vénissieux expulsé

©2006 20 minutes

— 

L'affaire Bouziane de nouveau devant la justice. Hier, la cour administrative d'appel de Lyon s'est penchée sur la requête de l'ex-imam de Vénissieux, qui, après avoir été débouté en première instance, contestait la légalité de l'arrêté d'expulsion pris à son encontre par le ministre de l'Intérieur. Agé de 54 ans, Abdelkader Bouziane, accusé par des notes blanches des renseignements généraux d'être en lien avec des entreprises terroristes, avait été expulsé vers l'Algérie fin avril 2004. « Aucune relation n'a été établie entre ces gens-là, les faits rapportés dans les notes et Abdelkader Bouziane. Le ministre de l'Intérieur n'avait aucune autorité à l'expulser », a martelé hier l'avocat de l'imam, Mahmoud Hébia. « Il n'était jamais très éloigné des réseaux activistes salafistes même s'il n'y a pas eu de liens établis », a pour sa part estimé le commissaire du gouvernement, qui a conclu au rejet de la requête de l'ex-imam. L'affaire a été mise en délibéré.

E. F.