Une subvention municipale qui fait débat

Caroline Girardon

— 

L'entrée du Conseil régional 
du culte musulman, à Villeurbanne.
L'entrée du Conseil régional du culte musulman, à Villeurbanne. — C. Villemain / 20 Minutes

Une subvention qui a du mal à passer. Lundi, les élus lyonnais réunis en conseil municipal ont voté l'attribution d'une enveloppe de 16 000 € pour le Conseil régional du culte musulman (CRCM). Une décision qui a vivement fait réagir les fervents défenseurs de la laïcité.

Des précédents


«Cette subvention servira à payer le loyer des locaux que le CRCM a acquis à Villeurbanne et qui est de 900 € par mois, affirme Régis Boussières, président du Cercle Maurice-Allard. Il n'est pas normal que l'argent des contribuables serve à financer un culte particulier. Il devrait être utilisé au bien-être de l'ensemble de la population. A une période où l'on manque de places en crèches ou de cantinières dans les écoles, il y a d'autres priorités.» La mairie, qui n'a pas souhaité alimenter la polémique, répond simplement qu'«il ne s'agit pas de subventionner une religion, mais des activités culturelles et de cohésion sociale». «Le CRCM joue aussi un rôle de médiateur avec la population de religion musulmane et d'aide à la résolution des conflits», a déclaré Gérard Collomb, le maire de la ville, dans l'ordre du jour du conseil municipal.

De son côté, le Cercle Maurice-Allard entend saisir le tribunal administratif, comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises. En 2010, il avait demandé que la justice annule la subvention de 200 000 € accordée pour la réfection du Grand Temple protestant. Tout comme celle versée par la région pour la restauration de l'église d'Annaba en Algérie.

■ Ce que dit la justice

En avril 2012, le tribunal administratif a annulé la subvention régionale accordée à l'église d'Annaba, en Algérie.