Un nid pour l'infidélité

Elisa Riberry

— 

L'Orangerie à Tassin.
L'Orangerie à Tassin. — C. Villemain / 20 Minutes

A l'Orangerie, jolie bâtisse bourgeoise de Tassin transformée en maison d'hôtes, Marie Guyot propose ses chambres pour la nuit ou… la journée. Ce lieu romantique fait partie de la douzaine d'établissements du Grand Lyon référencés sur les sites spécialisés dans le «Day use», comprendre réservation à la journée. Et si bon nombre de grands hôtels préfèrent rester discrets sur cette pratique, prisée par les amants en quête d'une sieste coquine, d'autres n'hésitent pas à en parler sans faux-semblant.

Pour toutes les bourses


«Cela n'a rien d'un porno glauque. Il s'agit d'amoureux qui veulent roucouler. C'est agréable en ces temps de crise de voir des gens qui ont l'air heureux», indique Marie Guyot. De 11 h à 17 h, elle met ses chambres ou sa roulotte à disposition des amoureux à un tarif préférentiel (95 € contre 120 € la nuit). «Je ne porte aucun jugement. C'est leur vie privée. Et quand je loue une chambre la nuit, rien ne me dit qu'il s'agit d'un couple légitime.» A l'hôtel deux étoiles Saint-Pierre-des-Terreaux, établissement historique de la Presqu'Ile, le «day use» se pratique à un prix plus modéré (50 €). «Mais à Lyon, c'est compliqué de le dire car les mentalités sont encore coincées, estime Anne Cochet, propriétaire des lieux. ça a pourtant toujours existé.» Ici, les prix à la journée ne sont donc pas affichés. «Mais le fait d'être référencés sur les sites spécialisés permet aux gens concernés de nous trouver», ajoute la gérante, qui voit dans ces pauses câlines l'occasion de remplir ses chambres, libres en journée. Un argument qui a incité le Charme et Business Hôtel de Limonest à sauter le pas. «C'était l'occasion de remplir davantage entre les nuits, reconnaît-on dans cet hôtel 4 étoiles, où les prix en journée sont 30 % moins chers. Mais les premiers résultats sont mitigés, avec deux réservations par semaine et un paquet d'annulations. Par souci de discrétion, les amants ne sont pas soumis au paiement par carte à la réservation et annulent donc souvent sans prévenir.» De toute façon, les demandes à la journée restent un épiphénomène «, relativise Anne Cochet. De quoi rassurer les fleurs bleues et fidèles convaincus.