L’art, préféré au tableau noir dans certaines maternelles

— 

 Des artistes investissent de nouveau des maternelles pour éveiller les petits Lyonnais. Depuis début octobre, huit écoles, dont six situées dans des quartiers sensibles de la ville, accueillent un artiste entre 9 et 12 h par semaine afin de mener un projet éducatif sur un an. A travers la danse, la musique, le cirque ou encore les arts plastiques, ce programme, initié par la ville de Lyon, est un moyen de « lutter contre l’échec scolaire et d’ouvrir l’esprit des enfants », a souligné hier Yves Fournel, adjoint à la Petite enfance. Ce dispositif, unique en France selon l’élu, avait déjà été expérimenté dans dix établissements scolaires entre 2002 et 2005 et a donné lieu à une « évaluation positive », réalisée par deux chercheurs de l’IUFM. Fait nouveau pour cette année, sept institutions culturelles, telles que Les Subsistances, se sont associées au projet afin d’inviter les petits dans leurs locaux et d’accompagner les artistes.

Carole Bianchi