Le LHC aux marches du palet

Stéphane Marteau

— 

Eric Medeiros (à d.), l'entraîneur-joueur des Lions , lors du quart de finale des play-offs remporté face à Dunkerque.
Eric Medeiros (à d.), l'entraîneur-joueur des Lions , lors du quart de finale des play-offs remporté face à Dunkerque. — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Qualifié pour la finale du Championnat de France de D1, le Lyon HC n'a jamais été aussi proche d'un retour en Ligue Magnus, un niveau qu'il n'a plus atteint depuis treize ans. «Nous voulions être en finale. Nous y sommes. Maintenant, le plus dur reste à faire», annonce Eric Medeiros qui aura vécu une saison peu banale. L'attaquant des Lions a en effet hérité durant l'intersaison de la casquette d'entraîneur à la suite de l'accident vasculaire cérébral dont a été victime Daniel Maric. Mais il a réussi à fédérer l'ensemble du groupe pour le conduire aux portes de l'élite du hockey français. Il lui reste désormais à franchir un dernier obstacle qui consiste à dominer les Albatros de Brest, en visite, ce mercredi (20 h 30), à Charlemagne, pour une première manche qui pourrait s'avérer déterminante. «Une défaite nous mettrait une pression supplémentaire car nous n'aurions plus le droit à l'erreur avant de nous déplacer à Brest», souligne Guillaume Richard. Le gardien des Lions détient l'une des clés de cette série. «En hockey, le gardien joue un rôle important, souligne Sébastien Berthet, le président du LHC. Une équipe a besoin de se souder autour de son gardien. Or, à Brest, il y a un turn-over important à ce poste. Nous ne savons d'ailleurs pas qui sera titulaire alors que de notre côté, des automatismes se sont créés avec Guillaume qui a réalisé une excellente saison.»

Eric Medeiros est également convaincu que les gardiens auront un rôle prépondérant à jouer. Mais il met aussi en exergue la discipline. «Si on passe notre temps en prison, on va offrir à Brest des occasions de marquer, d'autant que c'est une équipe très efficace en power play (supériorité numérique).»

Tout le monde s'accorde à reconnaître que cette série devrait se jouer «sur des détails», tant les deux formations sont proches comme l'attestent leurs résultats en saison régulière (4-3 a.p. pour Brest, le 8 décembre et 5-4 a.p. pour le LHC, le 23 mars). De plus, chacune se présente sur une bonne dynamique. Les Bretons ont réalisé un sans-faute durant les play-offs (4 succès) tandis que les Lions ont remporté huit de leurs neuf dernières rencontres. «L'équipe est en confiance et monte en puissance, affirme Eric Medeiros. La machine commence à bien tourner. Les phases de jeu sont bien construites et nous sommes efficaces, ce qui n'a pas toujours été le cas durant la saison.»