«Nous sommes prêts pour évoluer en Ligue Magnus»

— 

Comment abordez-vous cette finale d'accession à la Ligue Magnus ?

Avec moins de pression que Brest, qui a fini premier de la saison régulière et qui court après cette montée depuis trois ans.

Est-ce l'année ou jamais pour monter en Ligue Magnus ?

Non. Nous avons entamé cette année un plan triennal pour atteindre ce niveau. Nous sommes un peu en avance car nous ne pensions pas jouer la montée dès cette saison. Si on y parvient, et nous allons tout faire pour y arriver, tant mieux. Sinon, nous reviendrons encore plus fort la saison prochaine pour tendre vers cet objectif.

Le club serait-il armé pour évoluer en Elite dès la saison prochaine ?

Nous sommes prêts pour évoluer en Ligue Magnus, car nous avons déjà la structure et le budget adéquat.

Quel sera l'entraîneur la saison prochaine ?

J'attends de savoir si Daniel (Maric), qui est actuellement en arrêt maladie, est en mesure ou non de reprendre son poste la saison prochaine. Cela semble difficile, car il a eu un accident très grave et les séquelles restent malheureusement importantes. La priorité, c'est qu'il recouvre tous ses moyens. Nous pensons donc à l'homme, avant de penser à l'entraîneur. Le club est totalement solidaire de Daniel. S'il était amené à ne pas pouvoir reprendre ses fonctions d'entraîneur, nous l'accompagnerions sur un autre poste.

Eric Medeiros, qui a assuré l'intérim, pourrait-il être reconduit ?

Nous sommes très satisfaits du travail réalisé par Eric, qui a repris l'équipe au pied levé. Si nous en sommes là aujourd'hui, c'est en grande partie grâce à lui. Mais nous prendrons le temps de faire un choix une fois que la saison sera terminée. Propos recueillis par S. M.

■ Billetterie

La venue de Brest, ce mercredi (20 h 30), à la patinoire Charlemagne, est sans conteste le match le plus important de l'année pour le Lyon HC. Mais c'est celui pour lequel le club lyonnais a bénéficié d'un minimum de temps pour en faire la promotion. «Ce n'est pas évident de remplir la patinoire en trois jours», confirme Sébastien Berthet, qui espère néanmoins compter sur le soutien de 3 000 spectateurs. Mardi, le président des Lions estimait «entre 1 500 et 1 800» le nombre de billets vendus. Il reste donc encore des places disponibles. Tarifs : 5, 15 et 18 €.