Les Verts veulent des factures d'eau douces

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Les élus Verts du Grand Lyon ne digèrent pas le prix élevé de la facture d'eau. Alors que la communauté urbaine doit voter demain le rapport 2005 sur le prix et la qualité de l'eau, le conseiller écologiste Etienne Tête a prévu d'interpeller l'assemblée sur la hausse annuelle « anormale » de son prix (3,024 e le mètre cube en 2006) et les « bénéfices exorbitants » que réalisent Véolia et la société de distributions d'eau intercommunale (SDEI). Les Verts souhaitent ainsi « ouvrir le débat » sur ce sujet sensible à l'approche de la renégociation quinquennale du contrat établi en 1986 entre le Grand Lyon et les deux sociétés.

Documents et chiffres à l'appui, les élus écologistes affirment que durant ces vingt dernières années, les charges des deux entreprises de distribution n'ont presque pas évolué, contrairement au prix de l'eau, régulièrement revu à la hausse. Etienne Tête avance même qu'en 2005 Véolia aurait accumulé plus de 15 millions d'euros de bénéfices sur la distribution dans le Grand Lyon. « Nous demandons une baisse de 20 % du prix pour le futur contrat qui couvrira la période allant de 2008 à 2013, explique l'élu Verts. L'eau de Lyon n'a quasiment pas besoin d'être traitée car elle est de bonne qualité. Il est anormal qu'elle soit l'une des plus chères de France. » L'Association de consommateurs d'eau du Rhône a par ailleurs indiqué qu'elle pourrait contester la légalité du contrat devant la justice si la demande des Verts restait lettre morte.

Carole Bianchi

Dans un rapport publié en janvier, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonçait déjà le prix de l'eau de Lyon, facturé 1,7 fois plus cher que son coût de distribution et d'assainissement.