Pot commun pour soutenir la société Kem One

— 

En Rhône-Alpes, l'heure est plus que jamais à la mobilisation pour sauver Kem One, placée en redressement judiciaire la semaine dernière. Car la disparition de cette société chimique, reprise en juillet par le financier Gary Klesch à Arkema, retentirait sur toute la filière vinylique. Aussi, la priorité, selon la préfecture du Rhône, est de réunir les 105 millions d'euros nécessaires au financement de la période d'observation de six mois décidée par le tribunal de commerce de Lyon. Environ 90 millions d'euros ont déjà été trouvés selon la préfecture du Rhône, qui a refusé de dévoiler mercredi, le nom des entreprises ayant déjà mis la main à la poche pour aider Kem One. «Total doit en remettre une louche», a toutefois précisé le préfet Jean-François Carenco. A Lyon, Saint-Fons et à Balan dans l'Ain, la société chimique Kem one emploie 700 personnes.

E.R.