Lenteur sur les trains express régionaux

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Depuis la rentrée, la région et la SNCF redoublent d'efforts pour améliorer les conditions de voyage dans les trains express régionaux (TER). Afin de répondre à une hausse inédite de 20 % de la fréquentation, la région a augmenté début septembre, à travers une réorganisation de ses moyens, la capacité de 45 trains, souvent surchargés aux heures de pointe, en rajoutant des voitures ou des TER à deux niveaux. La livraison du matériel tarde cependant à arriver sur certaines correspondances. Sur la ligne Lyon-Ambérieu par exemple, les trains de 6 h 32 et de 7 h possèdent désormais six voitures au lieu de quatre. « Un réel plus pour trouver une place assise », reconnaît Jean-Pierre Frencel, usager et membre du comité de la ligne. Mais le train de 6 h 53, lui, n'a pas encore eu ce privilège, au grand dam des voyageurs. « Deux voitures devraient prochainement être livrées », assure Jacques Weill, directeur régional des TER à la SNCF. « Nous recevons un TER à deux niveaux par mois, c'est un bon rythme. Mais, c'est sûr, nous sommes encore juste au niveau du matériel », admet Bernard Soulage, vice-président PS au conseil régional, chargé des transports. Et ce rodage n'est pas sans provoquer des retards. « C'est une maladie de jeunesse. Nous faisons au mieux pour réduire les délais », note Jacques Weill qui précise, tout comme Bernard Soulage, que les usagers ont une « bien meilleure image » du TER depuis que ces efforts ont été réalisés.

C. B.

Depuis 2004, dix chargés d'axe identifient les problèmes de dix lignes TER très fréquentées pour les signaler à la SNCF. Ils travaillent en lien étroit avec les comités de ligne et d'usagers.