«une nouvelle défaite serait rédhibitoire»

Propos recueillis par Stéphane Marteau

— 

Lionel Nallet vit une première saison compliquée avec le LOU.
Lionel Nallet vit une première saison compliquée avec le LOU. — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Le capitaine du LOU (8e) ne se dédouane pas de la «mauvaise saison» réalisée par son club qui reçoit Aurillac (6e), ce dimanche (18 h 15), un concurrent direct dans la course à la qualification pour les barrages d'accession au Top 14.

Que vous inspire la saison du LOU jusqu'à présent ?

Pour le moment, nous ne sommes pas dans les clous. Mais la saison n'est pas encore terminée. Si nous n'avions plus aucune chance de nous qualifier, je vous dirais que c'est un échec. Or, là, nous pouvons encore nous qualifier, nous pouvons encore monter en Top 14, mais tout peut aussi se terminer dans six matchs.

Combien de chance vous accordez-vous de terminer dans le Top 5 ?

Je ne sais pas? car nous sommes aussi dépendants des résultats des autres équipes. Chaque week-end nos espoirs peuvent être anéantis et une nouvelle défaite serait rédhibitoire. Nous devons nous concentrer ce que nous avons à faire, c'est-à-dire gagner les matchs qui viennent, les uns après les autres, à commencer par celui contre Aurillac.

Est-ce que parfois vous vous demandez ce que vous êtes venu faire dans cette galère ?

Ce n'est pas une galère. Je suis bien évidemment déçu par nos résultats, mais j'ai ma part de responsabilités, comme tous les autres. J'ai accepté de rejoindre un club qui avait l'ambition de remonter immédiatement en Top 14 et on se rend compte que c'est beaucoup plus difficile que prévu. Ce sont malheureusement des choses qui arrivent. Mais ce n'est pas pour autant que je nourris des regrets.

Quel regard portez-vous sur votre saison ?

ç

a commence à tirer un peu. A mon âge (36 ans), je me dis que j'ai déjà bien assez joué (23 matchs sur 24). Mais si on ne me fait pas jouer, ça va m'énerver, car je préfère être sur le terrain que dans les tribunes (rires).

Prenez-vous toujours du plaisir ?

Oui, je m'amuse encore, même si c'est toujours plus compliqué quand on perd des rencontres.