Chaponost achève son travail de Romain

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Ils ont eu le sentiment de vivre « un jour historique ». Samedi matin, des centaines de personnes, appareils photos et caméras à la main, se sont pressées dans le centre-ville de Chaponost pour assister au déplacement d'un tronçon de 30 tonnes de l'aqueduc du Gier, datant de l'époque gallo-romaine. Découvert en mai dernier lors de fouilles préventives, ce vestige a la particularité d'être surmonté d'un puits appelé « regard » qui permettait autrefois l'entretien de l'ouvrage. D'où la volonté de la mairie de le conserver.

Peu après 11 heures, une immense grue de 220 tonnes a donc soulevé, avec un temps d'hésitation, ce tronçon quasiment intact pour le déposer avec délicatesse sur un semi-remorque. Le coût de cette opération inédite en France, selon la mairie, a été estimé à 192 000 e et a été financé en grande partie par sept entreprises mécènes. « Nous n'avions pas le droit à une deuxième chance. Nous avons préféré soulever l'ouvrage moins haut que prévu car la stabilité n'était pas parfaite », explique Fernand de Gaspéris, PDG de l'une des sociétés mobilisées pour l'événement. Une fois sécurisé, le vestige a été transporté sur une place, à quelques centaines de mètres de son lieu d'origine, pour y être exposé. « Voilà deux mille ans d'histoire qui se baladent dans le village ! », s'exclame un riverain. « Les moyens techniques utilisés étaient impressionnants. On ne revivra pas un tel moment de sitôt », s'enthousiasme Laurent Forissier, un autre habitant de Chaponost.

Carole Bianchi

L'association Histoire et Patrimoine de Chaponost souhaite désormais organiser un circuit touristique autour des différents aqueducs préservés de la commune.