Georgi Joseph, l'arme de dissuasion massive de l'Asvel

— 

Ses statistiques ne traduisent qu'en partie son influence sur les résultats de l'Asvel. Lors de la victoire remportée lundi devant Le Mans (88-81), Georgi Joseph n'a inscrit aucun point et n'a capté aucun rebond. Mais pour Pierre Vincent, «sa présence sur le terrain a été déterminante, car il a eu un impact très important sur notre jeu défensif». En relais de Uche Nsonwu-Amadi, le petit (1, 97 m) pivot d'origine haïtienne assure une présence dissuasive dans la raquette. Contre la formation sarthoise, il a ainsi effectué quatre contres, égalant son record en Pro A établi avec Paris en 2006 contre Nancy.

«A la différence de Uche, Georgi est très mobile pour un pivot, souligne le coach villeurbannais, dont la formation se déplace à Boulazac, ce samedi, lors de la 23e journée. C'est un faux pivot. Il a cette qualité de pouvoir être dur face à un vrai pivot et en même temps d'être extrêmement mobile et extrêmement haut, alors que Uche n'est pas mobile et n'est pas haut.»

Et quand Georgi Joseph n'est pas là, comme cela s'est produit à huit reprises cette saison par la faute d'un genou récalcitrant, les résultats de l'Asvel s'en ressentent. Avec lui, la «Green Team» a remporté près des deux tiers de ses rencontres de championnat (9 sur 14), mais seulement la moitié durant son absence (4 sur 8), dont aucune à l'extérieur (0 sur 3). S. M.

■ Livio Jean-Charles va prolonger jusqu'en 2016

L'Asvel continue de miser sur la stabilité. Après Pierre Vincent et Edwin Jackson qui ont récemment prolongé leur contrat jusqu'en 2016, Livio Jean-Charles s'apprête à en faire de même. L'annonce en a été faite jeudi dans Le Progrès par Tony Parker, vice-président d'un club qui compte également sous contrat Nsonwu, Morlende (2015), Sy et Joseph (2016).