Les sans-papiers repartent au front

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Après deux mois de trêve estivale, marquée par l'attente des régularisations, les soutiens aux sans- papiers reprennent du service. Hier, près de 200 d'entre eux se sont réunis devant la préfecture pour demander « des papiers, une école et un logement décent » pour toutes les familles non régularisées. Parmi eux, les Tounkara et leurs filles Koumba, Ibrahima et Aminaha, arrivés en France en 2002. « A tout moment, ils peuvent être expulsés vers le Mali alors qu'ils entraient dans les critères de la circulaire Sarkozy », s'indigne Cécile, membre de leur comité de soutien.

A Bron, neuf enfants d'origine algérienne sont menacés d'expulsion. Et au lycée Edouard-Herriot (6e), Edra, une jeune Albanaise de 17 ans et demi n'a pas non plus obtenu de carte de séjour. « Les enfants ont le droit de grandir et d'avoir une vie normale en France avec leurs parents », proteste Sandrine, membre d'un comité à Bron, soucieuse que la mobilisation continue. Un concert de soutien aux sans-papiers est prévu à Lyon le 13 octobre prochain.

E. F.