Arnold Mvuemba prend son mal en patience

Stéphane Marteau

— 

Depuis la venue de Nancy, le 12 décembre, Mvuemba n'a plus été titularisé.
Depuis la venue de Nancy, le 12 décembre, Mvuemba n'a plus été titularisé. — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Recruté par l'OL à la fin du mercato estival, Arnold Mvuemba avait confié à l'époque sa volonté de «franchir un cap dans (sa) carrière». Six mois plus tard, l'ancien Lorientais doit déchanter, lui qui ne comptabilise que 340 minutes de temps de jeu en dix apparitions (dont trois titularisations). «C'est une déception, car je m'attendais à jouer davantage, reconnaît-il. ça fait bizarre de se retrouver sur le banc, alors que je sortais de trois saisons pleines à Lorient.» Son arrivée tardive, «alors que l'équipe était déjà en place et que le championnat avait débuté», ainsi que les performances du duo Gonalons-Malbranque l'ont desservi. «Mais ce qui m'a surtout plombé, c'est de ne pas être qualifié en Ligue Europa, car il y avait des rotations possibles et je n'ai pas pu en faire partie», souligne ce milieu de terrain relayeur, qui évolue «un peu dans le registre de Steed Malbranque».

Mais plutôt que de s'apitoyer sur son sort, Arnold Mvuemba a redoublé d'efforts à l'entraînement pour tenter de grappiller du temps de jeu. «C'est un coéquipier extraordinaire qui connaît une situation pas très agréable, mais qui est toujours prêt à aider l'équipe», se félicite son entraîneur, Rémi Garde, qui avoue n'avoir «aucun problème avec lui». «Si on loue mon état d'esprit, c'est la preuve que je ne suis pas un tricheur et que je ne fous pas le bordel. J'ai le respect de mes coéquipiers et du club», déclare l'intéressé qui a été récompensé de ses efforts, dimanche dernier, face à Lorient (3-1). Auteur d'une entrée en jeu convaincante devant son ancien club, il a conclu sa prestation en inscrivant le troisième but lyonnais. «J'étais très content, très fier et c'est encourageant», indique Mvuemba, qui espère enchaîner, ce dimanche, à Brest, lui qui affirme ne «jamais douter» et qui reste convaincu que «tout finira par payer à un moment donné».