Avec l'Asvel, Pierre Vincent s'inscrit dans la durée

— 

L'Asvel serait-elle devenue raisonnable ? Après avoir consommé huit coachs en dix ans (Tanjevic, Hervé, Veyrat, Kunter, Bergeaud, Baratet, Collet et Ghrib), le club villeurbannais a fait le pari de la continuité en prolongeant mardi le contrat de Pierre Vincent pour trois saisons supplémentaires. Si ce dernier va au bout de son bail (2016), il aura passé cinq ans sur le banc de la «Green Team», une performance qu'aucun coach n'a réalisé depuis Grégor Beugnot (1992-2001). «Avec Tony (Parker, le vice-président), nous voulions trouver de la stabilité et Pierre correspond à ce que nous recherchions. C'est un entraîneur qui travaille et qui est intéressé par le développement des jeunes», souligne Laurent Foirest, le manager général du club.

Cette quête de stabilité, qui se répercute au niveau de l'effectif puisque cinq joueurs sont encore sous contrat (Sy, Nsonwu, Joseph, Morlende et Jean-Charles) en attendant une éventuelle prolongation d'Edwin Jackson, sera-t-elle un gage de réussite ? Pour l'heure, Pierre Vincent présente un bilan mitigé depuis son arrivée à l'Asvel (32 victoires et 34 défaites dont 24-25 en Pro A). Reste également à savoir si l'intéressé continuera à cumuler son poste à Villeurbanne avec celui de sélectionneur de l'équipe de France féminine. «Rien n'est encore arrêté. C'est Pierre qui décidera», indique Laurent Foirest. S. M.

■ Georgi Joseph sur la voie du retour

Opéré d'un genou et indisponible depuis cinq semaines, l'intérieur de l'Asvel a repris l'entraînement individuel. Il pourrait effectuer son retour à la compétition ce vendredi (20 h) lors de la venue de Poitiers pour le compte de la 20e journée de Pro A. «On l'espère, déclare Laurent Foirest. Il revient tout doucement après avoir pris le temps de se soigner.»