Ils veulent donner leur chance aux non-diplômés

Caroline Girardon

— 

C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Un jour, il s'est dit qu'il avait envie de faire autre chose et d'être plus indépendant. Bardé de diplômes, parlant couramment espagnol, arabe et chinois, Karim Hamaïli, 28 ans, s'est convaincu de fonder sa propre entreprise et surtout de venir en aide aux gens. Un projet qu'il a pu mener à bien grâce à l'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique), une structure qui donne accès au microcrédit. «L'an dernier, je travaillais dans une société de location financière et je m'occupais notamment des recouvrements, explique le jeune homme originaire, de Fontaine-sur-Saône. On n'écoutait pas les personnes qui ne pouvaient pas payer. Il n'y avait pas de social et je n'étais pas d'accord avec la politique menée dans cette entreprise. C'est à partir de ce moment que j'ai eu envie d'exercer une activité reflétant à la fois mes envies professionnelles et personnelles. Je souhaitais allier emploi social et utilité pour les entreprises.»

Associé à l'un de ses amis, Djillali Aouch, Karim a été orienté vers l'Adie qui leur a permis de bénéficier d'un microcrédit. «On a emprunté 9 000 € et on ne remboursera que 6 500 €. C'est l'idéal pour se lancer.» Depuis le mois de septembre, les deux complices travaillent dans un bureau à Albigny-sur-Saône, où leur structure, CFPCom, propose des formations de huit semaines pour devenir commercial. «On s'adresse à tout le monde, même si l'objectif est de donner leur chance à ceux qui ont un profil commercial mais qui n'ont aucun diplôme.» Comme certains jeunes de quartiers sensibles ayant arrêté leurs études en fin de collège. Ou d'autres aux parcours totalement différents qui multiplient néanmoins les petits boulots depuis le lycée. L'idée est ainsi de les former à la vente, de leur enseigner l'exigence du monde du travail, et de leur proposer ensuite un contrat dans l'une des entreprises partenaires.

Karim et Djillali voulaient « allier emploi social et utilité pour les entreprises ».