Villeurbanne fait le choix des armes

Elisa Riberry
— 
C. VILLEMAIN/20 MINUTES


On ne peut pas taxer Jean-Paul Bret de mener une politique ultra-sécuritaire. Pourtant, le maire PS de Villeurbanne, qui s'est toujours refusé à déployer la vidéosurveillance, s'apprête à rejoindre les multiples élus du Grand Lyon ayant fait le choix des armes pour leur police municipale. Mais contrairement aux revolvers privilégiés dans la plupart des communes, les fonctionnaires villeurbannais hériteront dans l'année de Flash-Ball, arme non létale (non mortelle). «Nous ne sommes pas dans une logique de dissuasion ou d'attaque. Mais de protection des policiers dans des situations qui peuvent être tendues, précise Gilbert-Luc Devinaz, adjoint chargé de la Sécurité. Nous n'avons ni la volonté ni la prétention de transformer municipale en police nationale», ajoute l'élu. Ce qui explique que, sur la quarantaine de fonctionnaires, seuls dix seront armés.



Une mesure insuffisante ?



«Cela va permettre au maire de tester cette arme. Et aux policiers de bénéficier d'un moyen de défense supplémentaire», estime la CFTC Police municipale de la ville de Lyon, qui n'a jamais réussi à obtenir le moindre armement. Le SNPM-FO a un regard nettement plus critique. «C'est un pis-aller. Mieux vaut ne pas tomber sur un braquage, sinon il n'y en a que dix qui survivent, lache le représentant régional du syndicat Patrick Leger, qui juge indispensable l'armement des policiers municipaux. Dans 99 % des cas, on rencontre les mêmes problèmes que la police nationale.» L'UMP de Villeurbanne reste également sur sa faim. «La sécurité n'est pas une priorité de Jean-Paul Bret, déplore le conseiller municipal Régis Lacoste. Il faudrait de la vidéosurveillance et des agents avec du temps et des effectifs. Avec 37 policiers pour 150 000 habitants, il est impossible d'avoir des patrouilles suffisantes sur le terrain ».

■ Ailleurs dans le Grand Lyon

Bon nombre de maires du Grand Lyon ont décidé de doter leur police d'armes de 4e catégorie (revolver). C'est notamment le cas de Meyzieu, Saint-Fons, Décines, Genas, Oullins, Rillieux et depuis peu de Caluire. Vénissieux a équipé l'une de ses équipes de Flash-Ball.