Le confluent passe au vert

Elisa Riberry

— 

Amplia est la première résidence 
à énergie positive du Confluent.
Amplia est la première résidence à énergie positive du Confluent. — C. Villemain / 20 minutes

Chez Jean-Paul Modde, la production de chaleur et d'eau chaude est assurée par des capteurs solaires, installés sur le toit de l'immeuble. Ce Lyonnais fait partie des 66 ménages installés depuis peu dans la résidence Amplia, premier bâtiment à énergie positive du Confluent (2e) inauguré lundi. «Le principe d'une résidence comme celle-ci, c'est qu'elle produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme», rappelle Stéphane Reymond, directeur Rhône-Alpes chez Vinci immobilier, constructeur d'Amplia aux côtés du groupe Brémond.

« Un laboratoire de recherches»


Pour parvenir à une consommation Zéro énergie, une ventilation double flux a été installée pour traiter puis réutiliser la chaleur des logements. L'isolation du bâtiment a été soignée et les appartements ont été équipés de double et triple vitrage. «Il y a également un système de récupération des eaux de pluie, collectées dans un bassin de rétention et réutilisées pour arroser les espaces verts», ajoute Malik Ait Bara, directeur de programmes chez Vinci. Ce bâtiment, qui succède aux immeubles Haute Qualité Environnementale bâtis jusqu'alors, n'est qu'une nouvelle étape dans la construction du Confluent, labellisé écoquartier par le ministère de l'Ecologie et quartier durable par WWF. «C'est un laboratoire de recherches et d'innovations, estime Jean-Pierre Gallet, le directeur de la Sem Confluence.» La résidence Amplia préfigure ce que nous allons faire demain sur la phase 2 du Confluent «, confirme le président PS du Grand-Lyon Gérard Collomb. Depuis 2011, ce dernier est engagé avec Nedo (agence japonaise de soutien à la recherche et au développement de technologies environnementales) dans un projet de» smart community «.

Une expérimentation qui doit se concrétiser en 2014 par l'inauguration d'un îlot d'immeubles baptisé» Hikari «, dont la production énergétique reposera sur le solaire, la géothermie et une centrale à base d'huile végétale de colza.

» Tout sera à énergie positive, jusqu'à l'alimentation du lave-vaisselle «, explique Jean-Pierre Gallet. La coopération avec Nedo donnera également lieu, dès 2013, à la mise en place d'une flotte de 30 voitures en auto-partage. Ces véhicules, alimentés par l'énergie photovoltaïque de plusieurs bâtiments, seront destinés aux habitants et professionnels du quartier.