La fac Claude-Bernard profile ses élèves

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

L'étudiant de Lyon-I est stressé, fauché et surbooké. Tel est en substance le portrait type de l'élève de l'université Claude-Bernard qui se dessine à la lecture des résultats de l'étude menée par Lyon-I auprès de ses 28 000 élèves. Cette enquête, destinée à identifier les conditions de vie matérielles et les problèmes rencontrés par les jeunes, ne révèle au final aucune information bien surprenante. « Elle confirme plutôt des tendances que nous connaissions déjà », reconnaît Annick Vieira, chargée de la cellule statistique de Lyon-I.

Seule surprise : la question du logement n'arrive qu'en dernière position des préoccupations exprimées par les 8 % d'étudiants qui ont répondu à l'enquête. La plupart d'entre eux (68 % des cas) ont quitté le domicile familial, vivent seuls (60 %), en colocation (24 %) ou en couple (16 %). L'étudiant type se déplace en transport en commun (57 %) ou à pied (21 %). Et 6 % des sondés viennent à vélo, dont 2 % seulement avec vélo'V. Côté finance, 73 % des élèves sont aidés par leurs parents et 20 % cumulent leurs études et un emploi à l'année. Une forte proportion, qui explique notamment le fait que les 18-26 ans se plaignent principalement du stress (27 %), de leur emploi du temps trop chargé (26 %), de leurs difficultés financières (25 %). « Les plus stressés sont les étudiants en 1re année de médecine ou de pharmacie », indique Annick Vieira. Cette étude doit permettre à Lyon-I d'engager des actions ciblées pour améliorer les conditions d'études de ces élèves.

Elisa Frisullo

Pour mieux cerner le quotidien de ses étudiants, Lyon-I doit mener cette année une nouvelle enquête, entièrement consacrée cette fois-ci à leurs activités salariées.