Michel Bastos ne veut « pas faire de buzz »

Stéphane Marteau

— 

" J'ai besoin d'être bien physiquement pour pouvoir percuter " souligne Michel Bastos.
" J'ai besoin d'être bien physiquement pour pouvoir percuter " souligne Michel Bastos. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES

Annoncé sur le départ à chaque mercato, Michel Bastos ne se formalise plus des rumeurs qui circulent sur son dos. « Je me suis habitué à ce qu'on parle de moi durant cette période. Auparavant, ça me faisait un peu mal, mais maintenant je laisse parler les gens », affirme le Brésilien qui veut croire que son avenir continuera à s'écrire à l'OL. « Je ne peux pas dire à 100 % que je serai là jusqu'à la fin de la saison. Mais ma volonté est de rester ici, même si je respecte la volonté du club. Si, à un moment donné, il y a une offre qui convient à toutes les parties, nous discuterons. Mais aujourd'hui, il n'y a rien. J'ai entendu parler d'un retour au pays, mais cela me semble impossible car les clubs brésiliens n'ont pas les moyens d'acheter des joueurs. Et nous savons tous que l'objectif de l'OL est de vendre… Je vous entends parler, je vous vois écrire, c'est pour ça que parfois j'évite de parler pour ne pas faire de buzz. »

« On ne peut plus se cacher »


Débarrassé de ses douleurs dorsales qui lui ont pourri la vie durant des mois, Michel Bastos entend donc se concentrer uniquement sur l'aspect sportif. « Quand je suis revenu, j'ai débuté fort en marquant (à Saint-Etienne et contre Nancy). Mais dans le jeu, je n'étais pas à mon niveau, car j'ai besoin d'être bien physiquement pour pouvoir percuter. Mais je suis sur la bonne voie », confie le milieu offensif qui se prend à rêver du titre. « On le veut et on ne peut plus se cacher », lance-t-il. ■

■ Contrôle antidopage à l'OL

Les joueurs de l'Olympique lyonnais ont reçu une visite surprise, mercredi matin, au centre d'entraînement de Tola-Vologe. A l'issue de la séance, le défenseur Mouhamadou Dabo et deux de ses coéquipiers ont en effet dû se soumettre à un contrôle antidopage inopiné diligenté par l'UEFA.