Bakary Koné, illégitime en défense ?

Stéphane Marteau

— 

Si les footballeurs sont de plus en plus adeptes des réseaux sociaux, Bakary Koné est bien inspiré de ne pas posséder de compte Twitter. Un déferlement de tweets s'est en effet abattu sur le défenseur central de l'OL tout au long de la rencontre de Coupe de France perdue dimanche face à Epinal (3-3 a.p. 4-2 t.a.b.). Au-delà de son échec lors de la séance des tirs au but, c'est sa performance défensive qui a été pointée du doigt, l'international burkinabé étant impliqué sur les trois buts spinaliens. Si Rémi Garde n'a incriminé aucun joueur en particulier, se contentant de déplorer la défaillance de son équipe sur les coups de pied arrêté, l'entraîneur de l'OL doit certainement regretter de ne pas avoir pu compter sur Dejan Lovren et Samuel Umtiti, tous deux suspendus. Car c'est bien par manque d'alternatives qu'il a été contraint de titulariser l'ancien guingampais qui accumule les piètres prestations depuis le début de la saison, au point d'avoir reculé dans la hiérarchie des défenseurs centraux dont il est devenu la quatrième option. Les chiffres sont d'ailleurs implacables. L'OL encaisse en moyenne 1, 5 but lorsque Bakary Koné est sur le terrain (20 buts en 13 matchs) contre 0, 8 lorsqu'il n'y figure pas (13 buts en 16 matchs).

Ses détracteurs ne seront donc pas mécontents de le voir rejoindre la sélection burkinabé actuellement en stage de préparation pour la Coupe d'Afrique des Nations qui débute le 19 janvier en Afrique du Sud. Bakary Koné fait en effet partie des 28 joueurs présélectionnés par Paul Put. Mais au regard de ses prestations à Lyon, sa place dans le groupe est encore loin d'être garantie. ■