Lyon

Une longue grève et pas d'avancée

Une grève qui fait flop. Le préavis de l'intersyndicale des TCL (Unsa, CGT, FO et CFDT) qui courait depuis le 23 novembre s'est achevé dimanche, sans que la direction de Keolis Lyon n'invite les syndicats à la table des négociations. Mi-décembre, l'exploitant du réseau TCL avait en effet indiqué que les revendications étaient trop différentes d'un syndicat à un autre pour que s'engagent des discussions. «Au final, le préavis s'est achevé sans qu'on n'obtienne rien du tout, indique, dépité Denis Faye, délégué Unsa-TCL. Le mode choisi pour protester, une heure par jour en période de pointe et quelques préavis de 24 h, a sans doute limité la force de frappe des syndicats.» Mais, même si la mobilisation avait été plus forte, la direction ne nous aurait pas écoutés. Il y a un gros malaise chez Keolis, aucun dialogue possible «, déplore le syndicat. Les agents, qui demandaient notamment une revalorisation salariale et une amélioration de leurs conditions de travail, devront encore attendre.» Keolis nous a donné rendez-vous en mars pour les négociations annuelles. On aimerait que comme les tarifs, les salaires augmentent aussi de 2 %«, ironise Denis Faye. ■ E.R.