Fourvière achève ses travaux

Caroline Girardon

— 

Chose exceptionnelle, lundi, les touristes venus visiter la basilique de Fourvière (5e) ont trouvé porte close. L'emblématique édifice est actuellement fermé au public pour une durée de deux mois, le temps de démonter les échafaudages ayant servi à restaurer les voûtes et les mosaïques ces neuf derniers mois.

Cinq années de travaux


«Après avoir refait la toiture, le plus important était de restaurer l'intégrité des voûtes fragilisées par les nombreuses infiltrations d'eau», déclare Gilles Malartre, directeur de la fondation Fourvière. «L'eau avait fini par bloquer le pied des charpentes. Les murs de la basilique se sont écartés de 30 cm et les voûtes se sont fissurées, précise Philippe Allart», architecte des monuments historiques. Dès lors, les neuf artisans intervenant sur le chantier ont dû effectuer un véritable travail de fourmi consistant à injecter du coulis de chaux pour boucher les fissures, tout en s'assurant de ne pas faire tomber les mosaïques recouvrant les 950 m² de voûtes. «On s'est aperçu que certaines s'étaient déjà décollées du mortier, poursuit Philippe Allart. Par endroits, c'est le mortier lui-même qui s'était arraché de la pierre. Donc il a fallu déposer une partie des mosaïques pour refaire un enduit, et ensuite les recoller.» L'équipe chargée de cette restauration en a également profité pour nettoyer les pierres et redonner vie à plusieurs anges dont les dorures avaient viré au marron. L'achèvement de cette opération met ainsi fin à cinq années de travaux au cours desquelles, la toiture et les charpentes ont été changées et consolidées. «Désormais il ne reste plus que l'éclairage à terminer, explique Gilles Malartre. Nous sommes en train de le faire». Tout devrait être fini pour Pâques. ■