— no credit

Lyon

Les petites mains de la Biennale

A treize jours du défilé de la Biennale de la danse, la friche artistique Frappaz, à Villeurbanne, est en effervescence

A treize jours du défilé de la Biennale de la danse, la friche artistique Frappaz, à Villeurbanne, est en effervescence. Une dizaine de femmes, contactées par l'intermédiaire du plan local d'insertion (PLI), et plusieurs autres bénévoles doivent encore confectionner quelque 150 costumes.

Au total, 250 danseurs amateurs représenteront la ville lors de ce cortège festif, qui déambulera le 17 septembre dans les rues de Lyon. Un événement phare de la Biennale, auquel toutes les communes de l'agglomération sont invitées, depuis dix ans, à présenter un projet réalisé par un chorégraphe professionnel. A Villeurbanne, le spectacle, signé Jean-Claude Carles, s'intitule Alger la Blanche. D'où l'idée de proposer à des femmes d'origine maghrébine, habituées à s'impliquer dans les centres sociaux de la ville, de participer au projet.

« Elles avaient toutes envie d'aider, même sans danser au défilé », remarque Christine Firmino, coordinatrice des ateliers. Ces derniers mois, les petites mains bénévoles n'ont pas chômé et confectionné des dizaines de vêtements traditionnels : des pantalons larges appelés sarouels, des corsets « à la Madonna », calqués sur le style Jean-Paul Gaultier, et des jupes-pastèques. Pour terminer à temps, les femmes ne réaliseront désormais que des tuniques, « plus simples et plus rapides » à confectionner, selon Anne Dumont, la costumière. Une fois leur tâche accomplie, elles seront invitées à un spectacle de leur choix.

D. Daoud

Biennale de la danse, du 9 au 30 septembre. Renseignements : 04 72 00 21 70.

Le 17 septembre, le défilé partira des Terreaux (1er) à 14 h 30 pour rallier la place Bellecour (2e). Vingt-deux autres groupes de Lyon et des communes ont travaillé sur le thème des villes du monde.