Les élus locaux pressés de voir le projet Lyon-Turin sur les rails

— 

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Lundi, alors que les opposants au Lyon-Turin tentaient sous une pluie glaçante de se faire entendre, dans les salons de la préfecture, les élus locaux se réjouissaient d'écouter François Hollande et Mario Monti réitérer leur engagement à réaliser cette ligne « indispensable » évaluée à 26 milliards d'euros. « Cela amorce une nouvelle étape. Pour notre région, cela va avoir des retombées économiques importantes », s'est félicité le président PS du conseil régional Jean-Jack Queyranne, soucieux de voir les échanges avec l'Italie se multiplier, notamment dans les domaines de l'industrie mécanique et chimique. « Bien sûr, c'est cher, a souligné le maire (PS) de Lyon Gérard Collomb. Mais regardez ce qui s'est passé pour le tunnel sous la Manche. Des régions comme le Nord-Pas-de-Calais repartent de l'avant car il y a eu ce type de réalisation. C'est donc fondamental surtout dans les périodes de crise, de continuer à aller de l'avant ».E.R.