Fin du conflit entre la Sacvl et ses locataires

Elisa Riberry-Frisullo

— 

Les locataires de ces logements sociaux du 4e vont finalement échapper aux fortes augmentations prévues.
Les locataires de ces logements sociaux du 4e vont finalement échapper aux fortes augmentations prévues. — C. Villemain / 20 minutes

Après trois ans de bataille, ils devaient de nouveau s'affronter devant la justice le 4 décembre. Mais le procès en appel, destiné à trancher le litige entre la Société anonyme de construction de la ville de Lyon (Sacvl) et 70 de ses locataires, n'aura finalement pas lieu.

Une action collective d'ampleur
La Sacvl et la Confédération syndicale des familles (CSF), mobilisée aux côtés des familles, ont finalement trouvé un accord mercredi sur les augmentations de loyers, à l'origine de la fronde des locataires en 2009. Cette année-là, le bailleur social avait proposé des hausses de 45 à 125 %, étalées sur six ans. Plus de 900 locataires avaient accepté mais 96 foyers aux revenus modestes avaient refusé. En première instance, 25 avaient été déboutés et 56 autres avaient obtenu gain de cause face à la Sacvl qui avait décidé de faire appel. Grâce à l'accord trouvé, les 70 locataires répartis dans 9 résidences, verront leur loyer modérément progresser de 2013 à fin 2015, selon la CSF qui s'est félicitée mercredi de l'issue de cette bataille. « C'est la première fois en France qu'il y a une action commune de cette ampleur pour le logement. Cela montre l'intérêt de se fédérer. Au final, les foyers vont en moyenne économiser l'équivalent de 5 fois le smic soit 6 500 € », précise Lisa Lavagne, secrétaire générale de la CSF. Les prix au m2 qui auraient pu grimper jusqu'à 7, 35 € le m2 devraient tourner autour de 5, 25 € le m2. « On sort du conflit de manière positive », a indiqué le président de la Sacvl Michel Le Faou, qui s'est aussi engagé à réaliser d'importants travaux sur le parc de logements sociaux. Mille foyers seront notamment dotés de nouvelles fenêtres, destinées à améliorer l'isolation.