Eurovia condamnée en appel

— 

Jean-Jacques Rinck en mai 2011.
Jean-Jacques Rinck en mai 2011. — C. VILLEMAIN / 20 minutes

« C'est la victoire de la vie sur la mort. » A la sortie de la cour d'appel de Lyon, Jean-Jacques Rinck, avocat, exulte. Mardi après-midi, la justice a rendu une décision historique en condamnant la société Eurovia (filiale de Vinci) à verser 200 000 € de dommages-intérêts à la famille de José-Francisco Serrano Andrade, décédé en 2008 d'un cancer de la peau. Dans son arrêt, la cour estime qu'il existe bien un lien de causalité entre la maladie de la victime et son activité professionnelle au cours de laquelle l'ouvrier a été longtemps exposé aux inhalations de vapeurs de bitume. En mai 2010, pour la première fois en France, le tribunal des affaires de sécurité sociale de Bourg-en-Bresse avait fait le lien entre le cancer de José-Francisco Serrano Andrade et les fumées toxiques du bitume. Mais Eurovia avait fait appel de sa condamnation. Reconnue coupable une seconde fois de « faute inexcusable », la société a indiqué dans un communiqué qu'elle prenait acte de la décision de la cour d'appel mais qu'elle envisageait de se pourvoir en cassation. C.G.