Malaise dans Les cantines

Elisa Riberry-Frisullo
— 
La grève des agents pourrait perturber la restauration scolaire dès jeudi.
La grève des agents pourrait perturber la restauration scolaire dès jeudi. — A. Gelebart/20 minutes

   Les parents vont devoir trouver un plan B pour faire déjeuner leurs enfants jeudi et vendredi. Suite à l'appel à la mobilisation lancé par l'intersyndicale de la ville de Lyon (CFTC, Sud CT et Unsa), de nombreux agents en poste dans les classes et les cantines risquent de se mettre en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Une première depuis le conflit qui avait paralysé les restaurants scolaires à l'automne 2010. « Depuis la signature de cet accord avec la mairie, un seul engagement a été respecté, celui de la revalorisation salariale », indique Catherine Chaize, déléguée CFTC à la ville de Lyon. Mais le climat social, lui, ne s'est pas amélioré, note l'intersyndicale. 

 Des effectifs insuffisants
« Depuis l'an passé, les agents veulent se mettre en grève. Nous avons temporisé, mais aujourd'hui le malaise est trop grand », ajoute Fabienne Pedoux, déléguée Unsa. Preuve de ce ras-le-bol, selon elle, l'absentéisme dans les écoles est important. « A la rentrée, dans certains secteurs, comme le 4e, il manquait un quart des agents », précise Catherine Chaize, qui explique « l'épuisement » des personnels par le manque d'effectifs. « Dans les écoles, on accueille environ 5 % d'enfants en plus. Mais le nombre d'Atsem (dans les classes et cantines) ou d'Asep (entretien) n'a pas augmenté », déplore l'Unsa. En cas d'absence, des vacataires sont appelés en renfort. Mais en nombre insuffisant et juste sur la pause déjeuner, selon l'intersyndicale. Des difficultés reconnues par l'adjoint chargé des ressources humaines. « Nous nous sommes adaptés pour faire face à l'augmentation des enfants. Mais ponctuellement, nous avons des problèmes de remplacement, admet Dominique Bolliet, confronté à des difficultés de recrutement de vacataires. Des personnes mobilisables chaque jour et rémunérées 30 % d'un temps plein seulement. Selon l'élu, ces tensions devraient s'apaiser avec la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. « Nous allons faire fonctionner nos écoles différemment. Nous voulons trouver un accord satisfaisant pour tout le monde ». 

ce qu'onT obtenu les agents en 2010

La grève de 2010 a duré trois semaines dans les cantines et s'est soldée par la signature d'un accord entre la ville et les syndicats. Les agents avaient alors obtenu du maire PS de Lyon Gérard Collomb une revalorisation des salaires et la création de 80 emplois à mi-temps.